Films

Black Phillip était un véritable cauchemar pour le réalisateur de The Witch

Robert Eggers, connu pour ses décors brutaux, a tracé une ligne dans le sable pour savoir combien il est prêt à prendre, et c’est une chèvre qui s’appelle Charlie.

Bien que Black Phillip, la menaçante étoile montante de The Witch (stylisé The VVitch) de Robbert Eggers, était le diable lui-même déguisé, le vrai bouc qui jouait son rôle n’était pas loin. Eggers est un réalisateur connu pour diriger un décor brutalement réaliste et dur, mais le manque de sécurité et de contrôle posé par une chèvre particulièrement malmenée semble être le plus grand de ses défis.

La Sorcière est le premier long métrage d’Eggers et met en vedette Anya Taylor-Joy dans son rôle d’évadée, ainsi que Ralph Ineson dans le rôle du patriarche d’une famille puritaine bannie vivant à la périphérie des bois sinistres qui cachent une sorcière. Bien qu’il ait été salué par la critique pour son engagement dans la précision d’époque, l’horreur paranoïaque à combustion lente et son jeu exceptionnel, l’accueil du public a été mitigé. L’inaccessibilité de son dialogue d’époque et la façon dont il a été commercialisé comme un film d’horreur grand public ont été quelques-uns des principaux obstacles auxquels il a dû faire face. La partie la plus réussie du film a été Black Phillip, le bouc de famille qui se cache et qui s’avère être le diable lui-même, tentant de recruter le personnage de Taylor-Joy en tant que sorcière. Black Phillip était joué par une chèvre nommée Charlie, qui a été choisie pour son étonnant manteau noir profond. Il est rapidement devenu une icône culturelle ; malheureusement, pour tous ceux qui ont travaillé sur La Sorcière, Charlie était tout simplement le pire.

Sur le même sujet :  Le plan de caractère original de Beetlejuice était très différent (pourquoi il a changé)

FilmFacts a récemment tweeté le premier conseil de Robert Eggers aux scénaristes : ne mettez pas une chèvre dans votre film. C’est tristement célèbre, Charlie, la chèvre était horrible à travailler, un fait que Eggers évoquera parfois avec fatigue, exaspéré par le seul souvenir des problèmes qu’ils ont traités sur le plateau.

On dit qu’il ne faut jamais travailler avec des enfants ou des animaux, et La Sorcière avait les deux, mais rien ne se compare au cauchemar vivant qu’était Charlie la chèvre. Eggers a rappelé combien il était difficile de garder Charlie immobile et combien il pouvait être agressif, allant même jusqu’à hospitaliser Ralph Ineson à un moment donné. Eggers est connu pour énerver ses acteurs, ce qui peut provoquer des conflits, mais les acteurs semblent être d’accord sur le fait que Charlie était une chèvre exceptionnellement grosse et vicieuse, ce qui est la dernière chose que l’on souhaite sur un plateau de cinéma.

Charlie a contribué à consolider le statut de culte de Robert Eggers et de sa marque unique d’horreur, alors peut-être que son comportement provocateur était un compromis valable. Le Lighthouse a vu Eggers s’élever au sommet du paysage de l’horreur moderne, obtenant une rare nomination aux Oscars de l’horreur avec sa magnifique cinématographie en noir et blanc. Le projet ambitieux et mystérieux The Northman est le suivant, et Eggers semble être à la hauteur de ces singeries, bien que ce soit une histoire de vengeance viking plutôt qu’une simple histoire d’horreur Anya Taylor-Joy l’a même rejoint pour une autre tournée. Mais, tragiquement, Charlie n’a pas été offert un rôle.

Sur le même sujet :  Suicide Squad : Margot Robbie n'a pas vu le montage original du réalisateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *