Comics

Marvel’s Indigenous Voices redéfinit son univers cosmique.

Dans Marvel’s Voices : Indigenous Voices #1, les créateurs indigènes démontrent comment l’universalité réside dans les récits culturellement spécifiques, avec un grand effet.

Avertissement : Cet article contient des spoilers pour Marvel’s Voices : Indigenous Voices #1.

Un nouveau chapitre pour les talents et les personnages indigènes chez Marvel Comics bat son plein avec Marvel’s Voices: Indigenous Voices #1. La nouvelle entrée de Marvel’s Voices, une série mettant en lumière des écrivains, des artistes et des personnages sous-représentés, Indigenous Voices #1 a réuni de nombreux conteurs autochtones pour une anthologie avec certains des plus grands personnages autochtones de Marvel.

Les histoires vont des voyages cosmiques et galactiques comme Echo : Hitting Back de Rebecca Roanhorse, Weshoyot Alvitre et Lee Loughridge, à la pièce d’époque Silver Fox de l’auteur de romans d’horreur Stephen Graham Jones, David Cutler, Roberto Poggi et Cris Peter : Blue Moon; en passant par l’aide apportée par Dani Moonstar à un jeune mutant autochtone dans Darcie Little Badger, Kyle Charles et Felipe Sobreiro’s Mirage : Multi-Faceted. Le numéro se termine par une introduction écrite et dessinée par Jeffrey Veregge du point de vue de l’Observateur, et par une postface de Taboo et B. Earl. Tous ensemble, ils peignent un riche portrait des héros indigènes de Marvel explorant ce que cela signifie d’être à la fois indigène et un super-héros.

L’importance d’une anthologie comme Indigenous Voices #1 est qu’elle élargit la notion d’héroïsme au sein de la marque Marvel pour inclure des récits culturellement spécifiques. En incorporant des œuvres de conteurs sous-représentés sur des personnages sous-représentés, l’immense diversité du super-héroïsme qui existe dans l’univers Marvel est encore plus étendue en mettant en lumière les perspectives uniques de ces personnages.

Sur le même sujet :  Début du tournage de Black Panther 2 prévu pour juillet 2021

L’écrivain irlandais James Joyce a dit un jour que « l’universel est contenu dans le particulier », et l’histoire d’Echo de Rebecca Roanhorse incarne particulièrement cette idée de voir l’universel à travers le particulier. Echo, une femme sourde d’origine cheyenne et mexicaine, se rend sur la planète Geunee, à son insu, trompée par Loki qui lui fait croire qu’elle doit défendre les femmes non violentes Badoon de la planète contre un « dieu des marais ». Après son arrivée sur la planète, elle découvre que les femmes Badoon n’ont pas prêté serment de non-violence, et elle se bat avec elles avant que leur chef, Dara Ko Eke, n’arrête le combat. En passant du temps avec les Badoon, Echo découvre les points communs entre leurs expériences et leurs cultures. Elle se rapproche d’eux en partageant leur sentiment de perte et leur espoir pour l’avenir.

Dans cette histoire, Rebecca Roanhorse souligne l’universalité des expériences d’Echo en tant que femme autochtone en lui faisant partager des moments de compassion avec les Badoon. La nostalgie d’Echo pour sa communauté se reflète dans ses paroles : « Votre maison me rappelle un endroit que j’ai connu autrefois. On l’appelait le Rez, mais ce n’était pas une vraie réserve. C’était juste un endroit que nous, les marginaux autochtones, pouvions appeler notre maison… mais tout ça a disparu maintenant. » Il est clair que pour Echo, certains aspects de la culture des Badoon lui rappellent la sienne, et que cette espèce étrangère est autochtone à sa façon. Il s’agit d’un tournant majeur dans la représentation des autochtones dans les bandes dessinées, car les spécificités des origines d’Echo ne sont pas considérées comme un point de différence, mais plutôt comme un site de familiarité.

Sur le même sujet :  Marvel aurait annulé Star Wars : l'ascension de la bande dessinée Skywalker

Parce que les Badoon ont un lien avec les expériences explicitement autochtones d’Echo, Roanhorse revoit les voyages spatiaux sous un angle autochtone, fondé sur la compréhension culturelle plutôt que sur la comparaison. En arrivant sur la planète, Echo ne se préoccupe pas de souligner le fait que les Badoon sont une espèce étrangère pour elle. Au contraire, elle participe à leur culture, inversant la dynamique souvent observée dans les récits de voyage où le peuple « étranger » est considéré comme un Autre inconnaissable.

Dans cette optique, les récits indigènes sont rendus littéralement universels grâce aux connexions d’Echo avec les Badoon sur une planète lointaine. Cela permet d’étendre la notion d’autochtone en tant qu’expérience qui défie les frontières conventionnelles. Tout est possible dans le genre des super-héros, et Marvel’s Voices : Indigenous Voices #1 montre que l’avenir de la représentation autochtone dans Marvel Comics n’a jamais été aussi brillant.

Jules Chin Greene est une rédactrice, réalisatrice et animatrice basée à Los Angeles. Elle est titulaire d’une licence d’anglais et d’études cinématographiques de l’Oberlin College, où elle a reçu le prix d’excellence en écriture critique pour sa thèse sur l’indigénéité et l’anti-impérialisme dans le Marvel Cinematic Universe. Pendant son temps libre, elle aime faire du patin à roulettes et regarder des films d’horreur. Vous pouvez la trouver sur Twitter à @JulesChinGreene.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *