Comics

Le sinistre M. X-Men est aussi un expert en sorcellerie

Ruines de Ravencroft : Sabretooth #1 révèle que Nathaniel Essex, alias Mr Sinister, a fait des expériences avec des monstres ainsi qu’avec des mutants !

Cet article contient des spoilers pour Ruines de Ravencroft : Sabretooth #1.

Il semble que le classique X-Men méchant M. Sinister est un expert sur les aspects de la magie ainsi que sur la mutation. Né Nathaniel Essex, Sinister était un contemporain de Charles Darwin qui a théorisé que l’évolution ne se faisait pas toujours de manière progressive. Il a été écarté pour ses opinions, sans parler de ses expériences peu orthodoxes, qui ont horrifié la British Royal Society.

Une rencontre malheureuse avec l’Apocalypse a quitté Nathaniel Essex et l’a transformé en un être sans âge et immortel. Il a parcouru le globe, fasciné par le potentiel de développement et d’évolution de l’humanité. Les bandes dessinées X-Men ont longtemps fait allusion au genre d’expériences contraires à l’éthique qu’il a menées sur des mutants ; en fait, Sinister s’est mêlé de la propre lignée de Charles Xavier, prévoyant la grandeur du potentiel génétique des Xaviers.

Ruines de Ravencroft : Sabretooth #1 de Frank Tieri, Guillermo Sanna, Angel Unzueta, et Gerardo Sandoval révèle que les premières expériences de Sinister ne portaient pas sur des mutants. Au début des années 1900, il a reconnu le potentiel de l’Institut Ravencroft pour les fous criminels, qui venait d’ouvrir ses portes, et il est parti en Amérique pour y travailler. À Ravencroft, il se concentrait sur les êtres mystiques plutôt que sur les mutants, des créatures comme les vampires et les loups-garous, les Wendigos et les hydras. Sinistre, il expérimente sur eux tous, les dissèque, apprend tout ce qu’il peut sur eux. Certains échantillons ont été jugés indésirables et ont été jetés dans une caverne souterraine – pour survivre et presque s’échapper à l’heure actuelle.

Sur le même sujet :  Un héros de la Justice League de niveau B vient de décimer la Young Justice

Compte tenu de tout cela, il est raisonnable de supposer que Nathaniel Essex est tout aussi compétent en matière de mysticisme qu’en matière de mutation. Cette révélation intervient à un moment où les BD X-Men sont de plus en plus liées au surnaturel. Excalibur a refait l’histoire de l’anti-magique la violence – des procès de sorcières valaisans du 15ème siècle aux légendes françaises comme le Bête du Gévaudan – était en partie dirigée contre les mutants. Apocalypse, qui a été un personnage majeur de ces livres, a été réinterprété comme un prêtre de Cracovie secrètement fasciné par le potentiel mystique de l’Autre Monde, un royaume sorcier lié aux îles britanniques. Il n’est vraiment pas difficile de voir le schéma ici ; la relance actuelle des X-Men voit la race mutante étroitement liée au surnaturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *