Comics

Batman : Year One est l’histoire de l’origine du commissaire Gordon, pas celle de Batman.

C’est James Gordon, et non Bruce Wayne, qui connaît la plus grande évolution de caractère dans Batman : Yeah One, mettant en évidence les failles du système judiciaire de Gotham.

Batman : Year One est l’une des plus séminales Batman histoires dans son histoire de publication de quatre-vingts ans. Ecrit par Frank Miller en 1987 avec des illustrations de David Mazzucchelli et Richmond Lewis, Year One remet au goût du jour l’histoire d’origine de Batman dans les rues miteuses de Gotham où le crime et la corruption sévissent. De ses illustrations audacieuses à son introduction passionnante dans plusieurs aspects fondamentaux du personnage de Batman,  Batman : Year One est fréquemment cité comme l’une des intrigues les plus influentes du personnage.

Year One décrit le retour du jeune Bruce Wayne à Gotham après plusieurs années passées à l’étranger, et sa décision de combattre le crime en tant que Batman. Après une première tentative qui l’a laissé meurtri et ensanglanté, Wayne a décidé d’adopter le personnage de la chauve-souris après qu’une chauve-souris se soit écrasée sur les fenêtres du bureau de son père. Ses activités de justicier à Gotham ont suscité l’inquiétude des services de police et de la ville.

Mais en plus de documenter l’ascension de Bruce Wayne en tant que Batman à Gotham,  Year One s’attache tout autant, sinon plus, à raconter l’histoire de l’arrivée du futur commissaire de police de Gotham, James Gordon, dans la ville. Transféré à Gotham avec sa jeune fille et sa femme enceinte, Gordon se retrouve pris dans un réseau de corruption au sein du département de police de Gotham ainsi que dans une liaison extra-conjugale avec l’un de ses collègues. C’est à travers les yeux de Gordon, et non de Wayne, que les lecteurs découvrent à quel point certains problèmes de Gotham sont profondément enracinés.

Batman : Year One peut facilement être considéré comme l’histoire d’origine du commissaire Gordon, plutôt que celle de Batman, car l’histoire de Gordon prépare le terrain pour le travail de Batman en tant que héros. Year One montre que si la corruption et la brutalité de la police de Gotham n’existaient pas, Batman n’existerait pas. L’histoire de Gordon montre la nécessité d’une figure comme Batman à Gotham, car elle dépeint les pièges des voies officielles de la justice. Batman est alors nécessaire pour combler ces lacunes judiciaires et demander des comptes aux personnes au pouvoir. La corruption dont Gordon est témoin dans le cadre de son travail explique pourquoi un jeune homme riche comme Bruce Wayne s’habille chaque nuit pour combattre le crime.

James Gordon est autant le protagoniste que Bruce Wayne.

Au fond, Year One est l’histoire de deux hommes confrontés à une réalité morale défectueuse dans leur vie publique et privée. En d’autres termes, l’histoire montre comment Gordon et Wayne réagissent de deux manières différentes à la dégénérescence de Gotham, à la fois en termes de problèmes systémiques et de leurs propres fautes personnelles. Wayne choisit d’y faire face en devenant Batman, un héros masqué, tandis que Gordon est contraint d’essayer de traduire en justice les membres de la police par les voies officielles, sans grand succès. Gordon fait partie intégrante de l’histoire car la différence dans son approche de la justice contraste fortement avec celle de Batman.

Plus que cela, cependant, l’histoire de Gordon est centrée sur les défauts de sa vie privée en tant que père et mari, parallèlement à sa croisade contre la police de Gotham, lui donnant ainsi un arc de caractère plus substantiel que Bruce Wayne. Comme Gordon est de plus en plus absorbé par ses efforts pour éradiquer la corruption dans la police, il passe moins de temps avec sa femme et sa famille, et finit par avoir une liaison avec le sergent Essen. Une grande partie de l’histoire de Gordon tourne autour de la culpabilité qu’il éprouve à avoir une relation avec Essen alors que sa femme est enceinte. Alors qu’il passe la plupart de son temps à lutter pour la responsabilité morale au sein de la police de Gotham, il est incapable de respecter ses propres normes morales de base dans sa vie privée. C’est cette hypocrisie que Gordon doit affronter en son for intérieur, et qu’il réconcilie à la fin de l’histoire lorsque Wayne sauve son fils en bas âge d’une attaque orchestrée pour faire taire son enquête sur les forces de police.

Sur le même sujet :  Harley Quinn et Deadpool s'affrontent dans le cadre du crossover Marvel/DC

James Gordon confronte les défauts de Gotham et de lui-même.

C’est ce double sens du conflit pour Gordon qui fait véritablement de Year One sa propre histoire d’origine, car il est forcé de reconnaître ses fautes morales dans sa vie publique et privée. Cette double approche du conflit de son personnage n’en fait pas seulement le protagoniste, mais lui donne aussi l’occasion de se développer moralement et personnellement, ce qui est nécessaire pour une histoire d’origine dans le canon de Batman. En effet, parce qu’il est concerné par la justice, ce qui est évident dans son rôle ultérieur de commissaire de police, Gordon doit d’abord faire face à des manquements à la moralité, tant sur le plan professionnel que privé, afin de devenir la version de lui-même que les lecteurs connaissent. L’année 1 explique efficacement l’histoire derrière le commissaire Gordon à un niveau beaucoup plus profond que pour Batman.

On ne peut pas en dire autant de Bruce Wayne, car l’histoire s’attache en fin de compte à dépeindre la faillibilité des membres du système judiciaire comme James Gordon. Une fois qu’il a fait ses débuts en tant que Batman, Bruce Wayne et sa vie privée sont à peine visibles dans la bande dessinée, à l’exception d’un cas où Gordon lui rend visite au Manoir Wayne. En revanche, après que Wayne est devenu Batman, l’histoire change de vitesse et présente des scènes de la vie privée de Gordon à la place, à côté de scènes de lui au travail. C’est la preuve que la bande dessinée est l’histoire d’origine de Gordon, car elle présente la vie personnelle et privée de son personnage de manière beaucoup plus importante que celle de Batman. Et c’est à travers sa vie personnelle en tant que père et mari que Gordon connaît une véritable croissance de son personnage.

Sur le même sujet :  La citation la plus durable du pire film Batman est toujours vraie.

Batman : Year One est une histoire d’origine comme aucune autre.

Les histoires d’origine des super-héros sont des moyens pour les écrivains de construire les contextes moraux et sociaux sous-jacents qui entourent un héros. Ils expliquent souvent les circonstances environnementales pour lesquelles un personnage fait ce qu’ils font – Gotham est corrompu, les parents de Wayne ont été assassinés – ainsi que se plonger dans les enjeux personnels, moraux qu’un personnage a dans faire le travail de super-héros.

Alors que l’Année 1 présente certainement les détails du parcours de Bruce Wayne pour devenir Batman, son centre émotionnel et moral réside finalement dans l’arc de caractère de James Gordon. Gordon passe d’un nouvel employé angoissé à un Avenger de sang-froid qui se fait justice lui-même contre l’inspecteur Flass, à un père et mari rongé par la culpabilité et impliqué dans une liaison, puis à un capitaine nouvellement promu, sûr de lui et confiant dans le conseil conjugal et sa relation naissante avec Batman. En centrant l’histoire de Gordon au sein d’un département de police corrompu, le scénariste Frank Miller révèle comment le fondement humain du système judiciaire de Gotham est vulnérable à la tentation. Et si Batmanlui-même n’est pas immunisé contre cela, il offre à Gotham une image de la justice sans arrière-pensée.

Jules Chin Greene est une rédactrice, réalisatrice et animatrice basée à Los Angeles. Elle est titulaire d’une licence d’anglais et d’études cinématographiques de l’Oberlin College, où elle a reçu le prix d’excellence en écriture critique pour sa thèse sur l’indigénéité et l’anti-impérialisme dans le Marvel Cinematic Universe. Pendant son temps libre, elle aime faire du patin à roulettes et regarder des films d’horreur. Vous pouvez la trouver sur Twitter à @JulesChinGreene.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.