Comics

Un métal Marvel peut littéralement faire fondre les os de Wolverine.

Il est difficile d’imaginer que le squelette indestructible en adamantium de Wolverine puisse fondre, mais il existe un métal Marvel qui peut le faire.

Malgré ce que les fans mcasuals peuvent penser, il existe un matériau dans l’univers Marvel qui peut endommager même les os recouverts d’adamantium de Wolverine. Il s’agit de l’autre métal magique de Marvel Comics : le vibranium. Mais pas celui auquel vous pensez.

Aujourd’hui, grâce au MCU, tout le monde connaît le vibranium. Il provient du Wakanda et a été utilisé pour fabriquer le costume de Black Panther et le bouclier de Captain America, entre autres objets géniaux. Mais beaucoup de gens ne savent pas qu’il existe (au moins) deux saveurs : Wakandan et Antarctique. La variété Antarctique n’est pas encore connue du grand public, alors voici un cours accéléré sur ce qu’elle est et d’où elle vient exactement.

Cet isotope particulier du vibranium porte de nombreux noms dans les bandes dessinées, notamment : Antarctic Vibranium, Savage Land Vibranium (ou S.L.V. en abrégé), Vibranium Type B et Anti-Metal (nous reviendrons plus tard sur la signification de ce nom). Tout comme son homologue africain, le S.L.V. est exclusif à un lieu géographique : L’Antarctique, plus précisément les jungles préhistoriques cachées de la Terre Sauvage. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec cette partie de l’histoire de Marvel, la Terre Sauvage a d’abord été présentée comme « La Terre où le temps s’arrête » au début des années 40, mais a été réintroduite telle que nous la connaissons aujourd’hui par Stan Lee et Jack Kirby dans Uncanny X-Men #10 (1963).

Sur le même sujet :  Exclusif : Dévoilement de la couverture de Stranger Things et Dungeons and Dragons

Contrairement au vibranium wakandais, il émet plutôt qu’il n’absorbe des vibrations qui peuvent déstabiliser les autres métaux au niveau moléculaire, les affaiblissant et les faisant même fondre, d’où son nom d’anti-métal. L’une des premières fois que l’on voit ses effets, c’est dans Savage Tales Vol. 1, No. 1 (1971), écrit par Stan Lee et dessiné par John Buscema, dans une histoire mettant en scène le moins connu des héros Marvel, Ka-Zar, où il fait fondre un char blindé entier ;

Mais cela fonctionnerait-il sur l’autre métal indestructible de Marvel, l’adamantium ? À un moment donné, il est tombé entre les mains de Tony Stark, qui l’a utilisé pour améliorer le bras bionique de Misty Knight dans le run de Justin Gray et Khari Evans sur Daughters of the Dragon (2006). Dans le dernier numéro, Knight liquéfie l’épée en adamantium de Celia Ricadonna au combat. Bien que Wolverine n’ait jamais été exposé à ce matériau dans les bandes dessinées, les résultats seraient certainement catastrophiques pour lui car il est tout à fait probable que, comme le suggère le titre de cet article, l’adamantium recouvrant l’ensemble de son squelette fondrait.

En fait, le résultat pourrait être bien pire, même pour un mutant doté d’un facteur de guérison comme Wolverine. Comme le montre le premier numéro de la série 2004 de She-Hulk, écrit par Dan Slott et dessiné par Juan Bobillo, Jennifer Walters (alias She-Hulk) est chargée d’une affaire concernant l’effondrement d’un entrepôt. L’entrepôt en question stockait de manière inappropriée du vibranium de l’Antarctique. Comme la substance dangereuse était mal stockée, elle a non seulement brisé la structure moléculaire des poutres en acier de l’entrepôt, mais aussi le fer présent dans les globules rouges de toutes les personnes travaillant dans l’entrepôt ou vivant à proximité. Il va sans dire que tout le monde – y compris les puissants mutants – a besoin de fer pour fabriquer de l’hémoglobine, et d’hémoglobine pour vivre. Tout bien considéré, on pourrait dire que ce S.L.V. peut être considéré comme la Kryptonite de Wolverine.

Sur le même sujet :  Les quatre BD fantastiques se préparent pour un début de MCU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.