Comics

Les méchants de Marvel aiment les Simpsons autant que les autres.

Le dernier Savage Avengers présente une nouvelle apparition du Bar Sans Nom, et une référence sournoise à la plus longue sitcom américaine.

Avertissement : Spoilers pour Savage Avengers #14

Des mondes de la pop culture entrent en collision dans le dernier chapitre de Savage Avengers de Marvel. La série est pleine de surprises, et tient constamment les promesses d’amusement et d’aventure qu’elle avait faites lors de son lancement l’année dernière. Écrit par Gerry Duggan et illustré par Patch Zircher, Savage Avengers #14 ne fait pas exception et regorge de petits trésors.

Le livre ne perd pas de temps pour commencer. Après avoir vu un homme s’évaporer à Bruges, en Belgique l’histoire se déroule à l’autre bout du monde à Greenwich Village, NYC, l’emplacement actuel du Bar Sans Nom. Pour ceux qui l’ignorent, le Bar sans nom a une longue histoire dans l’univers Marvel Comics, qui remonte à 1986, lorsqu’il a été présenté pour la première fois par le scénariste Mark Gruenwald dans Captain America #319. Il s’agit d’un lieu secret où les super-vilains costumés, anciens et actuels, se retrouvent pour boire, compatir et partager des histoires.

C’est une soirée tranquille pour les clients super-vilains du bar, mais hélas, comme c’est souvent le cas avec les soi-disant établissements secrets, la paix ne dure pas longtemps… En franchissant la porte, Conan de Cimmeria et Magik entrent, à la recherche de Cain Marko, alias le Juggernaut. En matière de lutte contre le crime, ce sont deux des héros les moins enclins à se défouler sur les méchants, c’est donc une bonne chose que personne ne cherche la bagarre. Comme tout établissement secret qui se respecte, surtout s’il s’adresse à des criminels costumés, le Bar Sans Nom a un mot de passe, et Magik veut le connaître. Il s’avère que le mot de passe est une référence des Simpsons : « A l’alcool : la cause et la solution à tous les problèmes de la vie. »

Sur le même sujet :  Le Fan Art d'Avengers 4 offre une fin heureuse à Steve Rogers et Peggy Carter.

La citation provient d’un épisode intitulé « Homer vs. The Eighteenth Amendment » (Saison 8, Episode 18), qui a été diffusé pour la première fois en 1997. Dans cet épisode, Homer Simpson devient le mystérieux « Baron de la bière » de Springfield lorsqu’il commence à distiller sa propre liqueur pour lutter contre la prohibition récemment mise en place dans la ville. C’est probablement l’une des phrases les plus citées des Simpsons, et compte tenu du contexte du Bar sans nom – un bar clandestin et illégal – elle convient parfaitement à un mot de passe.

C’est un bref moment dans un numéro autrement épique qui comprend le Chevalier Noir s’attaquant au KKK, un dragon rouge asgardien et Juggernaut tombant du ciel, il est donc facile de le manquer. Mais ce petit détail laisse entrevoir une réalité bien plus grande : les super-vilains regardent les Simpsons. Dans le monde de la bande dessinée, quelqu’un aurait dû penser à ce mot de passe et le transmettre à ceux qui le connaissent. Tout le monde ce soir-là, y compris Juggernaut, aurait utilisé cette phrase pour entrer. C’est presque réconfortant de penser que des criminels de carrière partagent une blague interne d’un dessin animé bien-aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *