Films

La vengeance des Sith est la meilleure histoire de Star Wars jamais racontée (version Just Not Lucas)

La chute d’Anakin Skywalker est le meilleur exemple de Star Wars. Il vous suffit de lire au-delà de la version guindée de la Revanche des Sith de George Lucas.

Le virage d’Anakin Skywalker vers le côté obscur dans Star Wars : Episode III – Revenge of the Sith devrait rester la plus grande histoire de la série – tant que vous pouvez dépasser l’interprétation de George Lucas. 15 ans après le dernier préquel de Star Wars (et, en fait, le dernier film en direct du créateur de la série George Lucas), la réputation de la trilogie a un statut étrange.  au départ, ils ont été vilipendés par une génération qui a attendu des décennies après le retour des Jedi pour voir les origines de Dark Vador, mais ils ont néanmoins été des succès au box-office à l’époque et ont depuis gagné l’adoration comme l’inspiration pour la valeur des mèmes d’une galaxie et se dressent comme un nettoyeur idéologique grâce à leur plan directeur cohérent, contrairement à l’attitude de Disney, qui est en roue libre, face à la trilogie suivante.

Pourtant,  peu de gens se hasarderaient à dire qu’ils sont vraiment de grands films, même les plus objectifs : La vengeance des Sith. Sorti le 19 mai 2005, l’épisode III a été annoncé (comme Lucas l’avait promis depuis la sortie de La Menace Fantôme en 1999) comme le plus sombre de la série, le chapitre pivot où l’esclave angélique se transformerait, par la peur et la colère, en dictateur galactique. C’est sans aucun doute la plus profonde des préquelles, qui marque la fin de la Guerre des Clones, la chute d’Anakin Skywalker, la purge des Jedi, la montée de l’Empire et, finalement, la naissance littérale d’un nouvel espoir.

Sur le même sujet :  Wonder Woman 1984 : une première bande annonce en vidéo

Pourtant, malgré toute la maturité du film La vengeance des Sith est toujours en proie aux problèmes de la trilogie de la préquelle. La chute d’Anakin Skywalker vers le côté obscur est un va-et-vient hâtif entre des décors d’écran vert à peine descriptifs, avec des dialogues tellement bancals que même Ewan McGregor ne peut cacher un sourire en déclarant : “J’ai vu un hologramme de sécurité de lui… tuant des jeunes.” C’est en partie une histoire qui a trop à faire en trop peu de temps grâce aux conflits intentionnels uniques des épisodes I et II, mais aussi simplement le produit d’un auteur dont la sensibilité est malheureusement dissonante pour le public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *