Technologie

Le chef de la sécurité d’Apple accusé d’avoir soudoyé le bureau du shérif avec 200 iPad

Le chef de la sécurité d’Apple, Thomas Moyer, et deux agents du bureau du shérif du comté de Santa Clara ont été mis en accusation par un grand jury.

Un cadre de Apple a été inculpé de corruption aux côtés de deux officiers lundi pour avoir prétendument offert 200 iPad au bureau du shérif du comté de Santa Clara l’année dernière en échange de quatre permis de port d’armes dissimulées (CCW). Le siège d’Apple à Cupertino, en Californie, réside dans le comté. Selon la loi californienne, le port d’une arme à feu dissimulée sans permis CCW est un crime.

La sécurité est devenue une préoccupation de plus en plus importante dans la Silicon Valley au cours des deux dernières années. Si Apple n’a pas été une cible spécifique en soi, d’autres entreprises très en vue ont subi des attaques, notamment YouTube en 2018. Dans ce cas, un tireur actif dans un patio extérieur du siège social du portail vidéo de San Bruno, en Californie, a blessé trois personnes avant de s’enlever la vie. Plus tard confirmé comme étant Nasim Aghdam, le tireur aurait été contrarié par le nombre de vidéos visionnées et par la croyance que YouTube filtrait les vidéos d’Aghdam lors des recherches.

C’est précisément pour cette raison que le responsable de la sécurité d’Apple, Thomas Moyer, a essayé d’obtenir les licences, selon l’avocat de Moyer, Ed Swanson. Swanson a déclaré à Reuters que Moyer avait demandé les permis de port d’armes pour quatre membres du personnel de sécurité d’Apple afin de mieux protéger les employés. Les frais pour un permis s’élèvent entre 200 et 400 euros. Pour y avoir droit, le demandeur doit d’abord suivre un cours sur les armes à feu, avoir une bonne moralité et fournir un motif valable pour avoir besoin du permis, bien que le shérif ait le pouvoir discrétionnaire ultime de décider qui peut l’obtenir. Le procureur du comté de Santa Clara, Jeff, a déclaré dans un communiqué que le shérif adjoint Rick Sung, 48 ans, et le capitaine James Jensen, 43 ans, ont retenu les quatre licences CCW jusqu’à ce que Moyer, 50 ans, promette de donner les iPad au bureau du shérif, dont la valeur totale s’élève à environ 70 000 euros. Cependant, le pot-de-vin présumé aurait été annulé en août 2019 après qu’un mandat de perquisition ait été délivré pour le bureau du shérif et que tous les dossiers des licences CCW aient été saisis. L’avocat de Moyer, Ed Swanson, a nié les accusations dans une déclaration à CNBC, disant qu’il n’avait “rien fait de mal”.

Sur le même sujet :  Comment utiliser Alexa pour trouver des offres exclusives sur le Vendredi noir et le Cyber lundi d'Amazon

La réponse d’Apple

Apple semble également soutenir Moyer, qui travaille pour la société depuis quatorze ans. L’entreprise a publié une déclaration disant qu’elle attend de ses employés qu’ils se conduisent avec intégrité, mais n’a constaté aucun acte répréhensible dans sa propre enquête sur les allégations de corruption. L’avocat de Moyer, M. Swanson, est convaincu qu’il sera acquitté lors du procès. Il a déclaré que Moyer était devenu un “dommage collatéral” dans une “dispute amère” entre le procureur et le bureau du shérif.

Ces accusations de corruption s’inscrivent dans le cadre d’une enquête en cours au bureau du shérif du comté de Santa Clara sur des officiers qui auraient sollicité des dons politiques pour la campagne de réélection du shérif Laurie Smith en 2018 en échange de permis de port d’arme. Cette affaire n’implique pas Apple. Cependant, selon NBC, les donateurs avaient environ quatorze fois plus de chances d’obtenir des permis que les non-donateurs. Le shérif n’est pas elle-même inculpée, bien que quatre personnes, dont le capitaine Jensen, aient été inculpées de corruption et de conspiration au mois d’août dernier pour ce prétendu stratagème. Une courtier d’assurance, Harpreet Chadha, 49 ans, a également été inculpée lundi pour avoir prétendument offert pour 6 000 euros de billets en loge de luxe pour un match des Sharks de San José le jour de la Saint-Valentin l’année dernière en échange d’un permis CCW. Les accusés, dont le chef de la sécurité d’Apple, seront mis en accusation le 11 janvier 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *