Comics

La fille de Spider-Man a gagné son héritage dans une scène incroyable

Spider-Girl, May “Mayday” Parker, la fille de Peter Parker et Mary Jane, a fait preuve de détermination dans des conditions impossibles, tout comme son père l’a fait un jour.

Les super-héros des années 1990 ont laissé derrière eux de nombreux personnages d’avenir avec  May “Mayday” Parker qui se démarquent. Marvel Comics avait une gamme complète pour le futur lointain de 2099, Batman Beyond a été un succès d’audience animé, et Marvel a essayé de lancer quelques titres mettant en scène les enfants de leurs super-héros emblématiques. Ce lancement devait être le début de tout un univers de personnages hérités sous une marque nommée “MC-2” ou “Marvel Comics 2”. Tout a commencé lorsque le co-scénariste Tom DeFalco et le scénariste/artiste Ron Frenz ont créé un astucieux futur possible pour Spider-Man dans lequel il est à la retraite avec une fille pour What If… ? #105, sorti en décembre 1997. What If… ? est une série régulière d’histoires exploratoires uniques se déroulant dans des univers alternatifs mais, dans un geste extrêmement rare, ce numéro a été réimprimé l’année suivante sous le titre Spider-Girl #0, suivi d’une nouvelle série en cours.

En 2003, Tom DeFalco écrivait encore le personnage de Spider-Girl #56, mais il a été rejoint par Pat Olliffe en tant que co-scénariste et artiste. Dans ce numéro, May “Mayday” Parker s’est retrouvée dans une situation très familière aux fans inconditionnels de Spider-Man, mais qui sonnera les cloches à tous ceux qui ont vu plus de quelques films de Spider-Man. Dans l’étonnant Spider-Man n°33, Peter Parker est coincé sous une quantité impossible à voir de machines tombées, laissées par le Docteur Octopus qui s’est échappé et, lorsque tout semble perdu, il le soulève de justesse, inspiré par les pensées de ses proches dans une dernière poussée héroïque. De nombreux hommages ont été rendus à cette scène dans le film et la bande dessinée. l’image iconique de ce piège métallique entouré d’eau qui s’écoule lentement est devenue indélébile et liée au personnage de Spider-Man.

Sur le même sujet :  Spider-Man revient dans son costume de symbiote venimeux

Les parallèles entre les deux séquences d’ouverture sont frappants. Le personnage principal n’est pas simplement pris au piège par quelque chose d’insurmontable mais sur le point de se noyer alors qu’il est pris au piège. Peter ne peut pas bouger car une fissure dans le plafond de la base sous-marine de Doc Ock laisse lentement entrer l’East River dans l’Amazing Spider-Man #32. Alors que Mayday est soudé à une ancre et largué directement dans l’Hudson River en plein hiver dans Spider-Girl #55. Le principe est le même. Les deux protagonistes imaginent les visages des êtres chers qu’ils craignent d’avoir échoué. En pensant à son petit frère qui va bientôt naître, elle casse le métal soudé pour obtenir des médicaments pour sa mère enceinte, tout comme son père a dû le faire pour sa tante May, malade, dans le célèbre scénario de Steve Ditko dessiné près de 40 ans plus tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *