Films

George Lucas défend l’utilisation d’un différend commercial pour lancer l’intrigue de La Menace Fantôme.

Dans une nouvelle interview, le créateur de Star Wars, George Lucas, se défend d’avoir utilisé un conflit commercial pour lancer l’intrigue du film préquel La Menace fantôme.

George Lucas défend l’intrigue du conflit commercial de Star Wars : La Menace Fantôme/. Sorti en 1999, La Menace fantôme a marqué le retour tant attendu sur grand écran de l’univers cinématographique bien-aimé dont le coup d’envoi a été donné en 1977. Bien que le film ait rapporté un énorme 1,027 milliard de euros, son nom a rapidement été associé à la déception, les fans et les critiques ayant exprimé leur consternation face à son incapacité à être à la hauteur de l’héritage de Star Wars.

Les nombreux défauts de La Menace Fantôme ont bien sûr été largement documentés. En tête de cette liste de plaintes figure l’inclusion de Jar Jar Binks, un personnage entièrement généré par ordinateur dont la présence comique maladroite a été critiquée parce qu’elle était tout à fait déplacée dans un film Star Wars. Nombreux sont ceux qui ont également critiqué le fait que le protagoniste du film soit un petit enfant, Lucas ayant tenté de dépeindre les premières années du futur Seigneur Sith Anakin Skywalker. En outre, le film est souvent critiqué pour son intrigue insensée, embourbée dans des détails mal développés, et pour son recours excessif aux effets spéciaux.

Le scénariste et réalisateur de la Menace fantôme, Lucas, a passé deux décennies à défendre la trilogie des préquelles de la Guerre des étoiles, en expliquant les nombreux choix controversés qu’il a faits. Avec la sortie du nouveau livre The Star Wars Archives : 1999-2005, qui comprend un entretien avec Lucas, le cinéaste a une nouvelle occasion de se défendre contre les légions de détracteurs des préquelles. En ce qui concerne les accusations selon lesquelles l’intrigue du film était inutilement compliquée et impliquait des détails obscurs sur la politique galactique, Lucas insiste dans le nouveau livre sur le fait qu’il s’en tenait simplement à la réalité de la façon dont les populations humaines entrent en conflit. « C’est comme ça que les guerres commencent », dit Lucas à propos du conflit commercial qui donne le coup d’envoi de l’histoire (via Polygon).

Sur le même sujet :  Jabba le Hutt est un combattant mortel au corps à corps dans Star Wars Comics.

Lucas défend également l’arc tragique de la trilogie des préquelles, qui implique la chute de la République et la montée de l’Empire (en parallèle avec le passage d’Anakin Skywalker du côté obscur de la Force), et l’accent mis sur l’aspect politique de l’histoire. Il dit : « Il n’y a pas de coup d’État, pas de rébellion, rien du tout. Ils votent, c’est ce qui se passe dans la vraie vie. »

Il est en effet incontestable que l’histoire regorge d’exemples de démocraties tombées à cause de machinations politiques et de guerres déclenchées par des différends commerciaux. La question est toutefois de savoir si de tels événements constituent une bonne matière première pour des films d’aventure dans l’espace censés être destinés aux enfants (Lucas a insisté sur le fait qu’il considérait la Menace fantôme comme un film pour enfants). Les premiers films de la Guerre des étoiles ne se sont certainement pas laissés entraîner dans la politique galactique, laissant cet aspect de l’histoire loin à l’arrière-plan tout en mettant l’accent sur l’action. Les préquelles ont bien sûr leur part d’action aussi, bien que beaucoup aient dénoncé le manque de tension dramatique des combats au sabre laser exagérés des films.

Lucas a bien sûr défendu nombre de ses décisions concernant les préquelles en insistant sur le fait qu’il essayait de faire quelque chose de nouveau avec les films, un objectif admirable. Mais même si l’on a de bonnes intentions, il reste la question de l’exécution, que Lucas a sans doute mal gâchée dans les préquelles, notamment en ce qui concerne le contexte politique de l’histoire. En fin de compte, en essayant d’étendre Star Wars au-delà de l’aventure de science-fiction, Lucas a surtout exposé ses propres lacunes en tant qu’écrivain, ne parvenant pas à générer le véritable sens de la portée épique et de la richesse de la construction du monde dont se vantent d’autres propriétés de science-fiction comme les livres de Dune (que Lucas essayait clairement d’imiter avec beaucoup de ses thèmes). Malheureusement, la dernière défense de Lucas de Star Wars : The Phantom Menace et des autres préquels ne convaincra certainement aucun des nombreux fans de Star Wars qui ont été amèrement déçus par les films. Mais Lucas dispose d’un public de défenseurs des préquels, dont Kanye West, qui sont prêts à prendre fait et cause pour lui.

Sur le même sujet :  Chaos Walking Trailer : Daisy Ridley peut entendre toutes les pensées de Tom Holland

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *